Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
1 mai 2010 6 01 /05 /mai /2010 12:14

 

Avec ces deux semaines de beaux temps, malgré la fraîcheur et les petites gelées matinales, les colonies ont explosé.

Il était temps de poser les hausses, le manque de place dû aux rentrées de nectar. Les abeilles ont rempli les cellules de miel empêchant la reine de pondre, et de petites amorces d’élevages royaux ont déja commencé à apparaître.

Ruches

Et pour ne pas faciliter les choses avant de poser les hausses, j’ai entrepris de changer toutes les caisses par les nouvelles caisses récemment nettoyées et repeintes.

Transvasement 

La voici rempli, complété avec les dernières cires gaufrées, l’objectif de remplacer tous les cadres par des cires gaufrées est atteint.

Transvasement (1) 

Dans l’ancienne caisse on peut apercevoir au fond une amorce de cire, preuve qu’elle n’avait  plus de place pour pondre.

Transvasement (2) 

C’est fini, reste encore trois ruches à la traîne, dont c’elle au centre est  orpheline, mais avec une jeune reine pas encore en ponte.

Ruche avec hausse 

Celle-ci étant toute l’année dans les intempéries, la peinture et le bois ont souffert du temps, et qui demande à être retapé dès que possible.

Ruche à retaper

Repost 0
Published by abeille pat - dans travaux au rucher
commenter cet article
23 avril 2010 5 23 /04 /avril /2010 20:22

Alors que l’on commence à se préoccuper de la disparition des abeilles, sur les causes qui provoque cette diminution des colonies, on nous raconte beaucoup de connerie, la plus grosse vient d’un chercheur réputé de l’AFSSA (Agence française de sécurité sanitaire des aliments), qui prétend que la pratique apicole et une des causes, la pratique intensive de production de miel, transhumance, le varroa etc. qui affaibliraient les abeilles…...la même agence qui autorise certain pesticides nocifs pour les abeilles, et donne des avis favorables sur la mise sur le marché de produit reconnu dangereux pour les abeilles, c’est aberrant !

La filière apicole n’est pas aidée, bien au contraire, on nous prend pour des illuminées quand nous tirons la sonnette d’alarme (voir les sirènes) sur les modifications que subissent nos colonies, perte de butineuses, affaissement, dépopulation, stérilisation des reines et bourdons.

Pour moi il n’y aucun doute c’est l’emploie abusive de pesticides, insecticides et autres qui en sont responsables.

Je vous montre des photos d’un arboriculteur  traitant ses arbres. (À vous de juger)

Pesticide traitement 

Pulvérisant son produit à forte pression, le projetant en fines particules.                         

Pesticide traitement (1) 

Remarquez-vous, que les arbustes à traiter se trouvent à 50 cm du pulvérisateur !

Pesticide traitement (3) 

Voyer les fines gouttelettes qui s’envolent à plus d’une vingtaine de mètres, à savoir que le nuage de pesticide (ou produit employé) et visible et à plus d’une centaine de mètre de la prise de la photo, donc je ne parle même pas des petites particules microscopiques invisibles d’ici, qui se dispersent encore plus loin ! Comme si ça ne suffisait pas, il a trois rangers à traiter.

Que de produit vaporisé dans l’air pour quelques arbustes.

Pesticide traitement (2) 

C’est sûr, il respecte peut-être le mode d’emploie interdisant l’utilisation lors de la floraison, mais regardez plus loin ! A droite des cerisiers en pleine floraison !  Remplis d’abeilles et autres insectes pollinisateurs, croyez-vous que ça leur fait du bien ?

Je suis sur qu’il y a possibilité de traiter ses arbustes en vaporisant raisonnablement et de cibler la projection. Mais bon c’est plus de travail et plus de temps. Et puis, si c’elles-ci crèvent, pas grave d’autres abeilles les remplaceront, doit-il sûrement penser.

Pesticide traitement (4) 

Autre exemple, dommage je n’avais pas d’appareil pour immortaliser, c’était un agriculteur traitant son champ (blé ou autre plante), en pleine journée par beau temps, rien de choquant c’est habituelle, et il ne peut pas traiter la nuit c’est bien évident, mais le problème (à mon sens) c’est que le champs était envahi de pissenlit bien jaune en fleur ! Ne croyez-vous pas qu’il était butiné au même moment ?

Je rappelle qu’une abeille n’a pas le même comportement qu’une mouche (qui elle prend la fuite), l’abeille n’a pas cet instinct. Et même si elle devait l’avoir, après le passage du produit phytosanitaire elle reviendra se poser pour butiner. Croyez-vous que ça leur fait du bien ? J’ai l’impression qu’ils en ont rien à faire des abeilles, normal ils n’ont pas besoin d’abeilles pour le blé, alors pourquoi s’en préoccuper.

 

Est-ce que le monde agricole, horticole, maraîcher etc. sont les seuls responsables de la disparition des abeilles, ma réponse est clairement NON, mais VOUS en temps que consommateur vous êtes tous aussi responsable, voir les responsables !

Maintenant vous aller me dire ; « qu’est ce qu’il raconte, il est con il à pété les plombs, moi je n’ai jamais utilisé de pesticides, je respecte l’environnement, je suis respectueux des abeilles, je suis contre les pesticides etc. ………………. »        

Pourquoi je vous dis que vous êtes responsable ?

Je vous pose la question suivante:

Vous, vous trouvé devant un étalage d’un magasin, vendant deux barquettes de cerises A et B.

Dans la barquette A, elles sont toutes très belles, luisantes, bien grandes, sans défaut, vraiment l’idéal.

Dans la barquette B, elles sont moins belles de tailles variables, quelques-unes sont mêmes percées d’un petit trou laissant deviner la présence d’un ver, pire un asticot blanc se promène sur une cerise, et en plus B est quelques cents plus cher (justifié par le triage lors de la cueillette) que A

J’aurai pu poser la même question pour des pommes, des légumes etc.

La réponse sera la même, vous préfèrerez toujours la A,

Lequel des deux producteurs A ou B, gagnera sa vie ?   

Maintenant à votre avis, quelle barquette contient les fruits non traiter ?

Vous voyez ou je veux en venir, tant que les mentalités ne changeront pas le monde agricole ne fera que répondre à vos attentes.

Nos anciens, consommaient bien ces cerises percées, même que l’on pouvait dire des cerises protéinés, et cela ne les a pas tué. Pour la pomme on découpait le morceau malade, et c’était bon.

Et aujourd’hui vous manger des fruits bourrés de produit phytosanitaire, seul avantage au trou percé les produits phytosanitaires sont invisibles, mais vivrons-nous mieux, que nos ancêtres ?

 

Comme solution pour les abeilles, nos chers chercheurs sont plutôt à l’élaboration de plantes (OGM) capable d’autopollinisation, raison de plus de se passer d’insecte pollinisateur !

 

Einstein, disait

"Le jour où l'abeille disparaîtra, l'homme n'aura plus que quatre années à vivre"

Bientôt on pourra le vérifier.

 

Je vous demande de méditer cette réflexion, voir envoyer ce lien à vos amis si vous partagez cette analyse, et n’hésiter pas à me donner votre avis.

 

Un apiculteur soucieux de l’avenir apicole.     

Abeille pat

Repost 0
Published by abeille pat - dans informations
commenter cet article
20 avril 2010 2 20 /04 /avril /2010 20:08

Enfin la température remonte, me laissant s’occuper de mes ruches.

Le bilan de cette deuxième visite est assez mitigé, les ruches qui étaient très faibles n’ont pas progressé voir régressé, m’obligeant à les supprimer, il reste encore l’une ou l’autre à la traîne, dont je prendrai la décision à la prochaine visite, soit je les renforce ou je les supprime.

Celles qui ont reçu les cires gaufrées ont bien progressé, elles les ont construite et pondu, bientôt l’éclosion.

Cire gaufrée 

D’autres n’avaient plus assez de place pour pondre, elles ont construit sur la vitre arrière.

Construction sauvage 

Après la visite les ruches ont été agrandies au maximum par des cires gaufrées, soit 8 cadres neufs au total.

Ruche 

Pour la prochaine visite les hausses sont à prévoir.

 

Pour revenir à mes pertes qui cette année sont assez conséquentes 20%, d’habitude je tournais autour de 2 à 3% de perte. Malheureusement je ne suis pas seul, des apiculteurs ont perdu de 50 à 100% dans la région ! les causes, la météo pour une part, mais ceux que j’ai relevé de plus surprenant, c’est que ce sont principalement de jeunes reines 2009 qui n’ont pas passé l’hiver, soit elles sont devenues bourdonneuses ou ont été tués par les abeilles pour les changer. Etrangement  ces symptômes confirment les vidéos  « Terreur Pesticide 00 ».

Nous avons des soucis à se faire pour notre avenir, pas uniquement apicole mais également humaine.

Repost 0
Published by abeille pat - dans travaux au rucher
commenter cet article
16 avril 2010 5 16 /04 /avril /2010 20:09

Mardi dernier j’avais entrepris une randonnée d’une journée, en compagnie de mon fils et son cousin. Départ à 7h00 (en forêt) au lieu dit Sandsteig – Kuhberg, pour une traversée de la forêt en direction du rocher du Pfaffenlap.

Une rencontre matinal, une laie avec les mamelles bien pleines, les petits ne doivent pas être loin.

Laie

Les voilas assoiffées courant après le petit déjeuné.

Marcassin

 

Marcassin (1)

La première petite découverte, un bois d’un daguet de l'année dernière.    bois de cerfs

  9h30 une bonne pause casse-croûte à proximité d’une mare.

Casse-croûte

En compagnie d’un couple de colvert.    

canards

Après la pause, un vieux ayant servi de repas aux souris.

Mue de cerf

12h30, enfin arrivée.

P4060220 Le Rocher du Pfaffenlap devant nous, une petite allée en pierre pour y accéder.

Rocher du Pfaffenlap

Le voila, avec ses deux blocs sur le dessus, attention au vertige c’est haut et il n’y a pas de protection.

Rocher du Pfaffenlap (1)

La vue était splendide avec un beau soleil, j’aurai du être au rucher mais bon on ne peut pas être partout.

Vue de Pfaffenlap (1)

Au loin le mémorial du Struthof

Mémorial du struthof 

Les ruines du Ringelstein  

Ruine 

Une vue sur le village d’Oberhaslasch

Vue de Pfaffenlap 

Il est temps de passer au repas, une photo souvenir de groupe.

Pause midi 

Le repérage sur la carte et d’évaluer la distance parcouru et à parcourir.

Pause midi (1)

Un habitant du rocher.

Lézard

Une belle mare sur le chemin

Une mare

 

Rocher de BreitbergNous continuons en direction du rocher du Breitberg.

 

 

 

 

 

 

 

sur le dessus une cupule taillée dans le grès, la vue n’est pas extraordinaire. Je décide de raccourcir le parcours en descendant le Breitberg.

 Rocher de Breitberg (1)

Le rocher du Breitberg vu du bas.  

Rocher de Breitberg (2) 

Les rochers sont recouverts d’un jaune vif.

 

Rocher de Breitberg (3) Commence une descente très raide, qui a bien plu au petit neveu, le pauvre ne tenait pas sur les pieds, il était plus souvent en roulade que debout.  

 Descende du Breitberg

  Descende du Breitberg (2)

Descende du Breitberg (1) 

 

Descende du Breitberg (3)

Avec de bons fou rires.

Descende du Breitberg (4)

Parcours du combattant.

Descende du Breitberg (5)

Une dernière.

Descende du Breitberg (6)

 

Descende du Breitberg (7)

Arrivée, une belle verdure nous accueilli

Verdure

 Il nous resta plus qu’environ 6 km à parcourir, sur la vingtaine, pour arrivée à la voiture vers 18h00.     

Une belle journée remplie de bon souvenir.

Repost 0
Published by abeille pat - dans nature
commenter cet article
5 avril 2010 1 05 /04 /avril /2010 13:14

Ce matin dans les bois, les primevères sont en fleurs, malgré cette fraîcheur et pluie discontinu.

Primevères des bois 

 

Primevères des bois (2)

 

Primevères des bois (1)

 

Rencontre d’un jeune chevreuil étonné de me voir.

Chevreuil 

 

Chevreuil (1)

Savez-vous ce que devient un bois de cerf resté au sol ?

Non ? Ben il fait le régal des sangliers et des souris pour le calcium qu’il contient.

Un exemple d’un bois de cerf, du moins de ce qu’il reste.

Bois de cerf, une relique                                                                                                                                  

Celui-ci, les souris et les sangliers n’auront pas eu la chance de le déguster, j’ai été plus rapide.

Seul le blanc de la meule était visible de loin. 

mue de cerf

 

mue de cerf (1)

 

mue de cerf (2)

Repost 0
Published by abeille pat - dans nature
commenter cet article
4 avril 2010 7 04 /04 /avril /2010 16:37

Toujours pas de météo favorable pour reprendre l’activité au rucher

On passe le temps comme on peut, j’en profite donc par des virées dans les bois, à la recherche de rencontres.

Ici un amas de branches, regardez plus minutieusement et vous verrez des petites queues dépasser.

 P3290131

Les voilas sortie de leur cachette

P3290132 

 

P3290135

Petite mare

P4040127 

Première paire, de bois de cerf trouvé par mon fils

P4040131 

Un jeune 10cors

P4040137 

 

P4040141

Repost 0
Published by abeille pat - dans nature
commenter cet article
30 mars 2010 2 30 /03 /mars /2010 17:16

Depuis la visite, la météo s’est dégradé, pluie, orage, vent et rafraîchissement.

Lundi profitant d’une accalmie et d’une température plus chaude 15°.

Les abeilles sont en activitées.

Abeilles en vol 

J’ai pu vérifier brièvement l’état de l’avancement des constructions des cires gaufrées.

Malgré la dégradation météorologique, elles ont bien avancé en quatre jours les cires sont quasiment construites.

Visiblement préférant ses nouvelles cires la reine si trouve déjà.

Cire gaufrée 

On le voit mal sur la photo, mais la reine a pondu sur la totalité du cadre.

Je ne me suis pas attardé pour faire de beaux clichés, pour éviter un refroidissement de la colonie et du couvain.

Un recadrage pour mieux voir les œufs

Cire gaufrée recadrer 

Entre deux éclaircies, les abeilles récoltent du pollen sur le Saule marsault, c’est pour l’instant la seule source d’approvisionnement à leur disposition, les arbres fruitiers et les fleurs ne sont pas encore en fleurs.

 

Abeille sur Saule marsault (1)

 

Abeille sur Saule marsault

 

Abeille sur Saule marsault (2)

Repost 0
Published by abeille pat - dans travaux au rucher
commenter cet article
26 mars 2010 5 26 /03 /mars /2010 21:23

Enfin le retour de beaux jours, et me voici au rucher.

L’activité et encore un peu timide.

Abeilles en vol 

Je commence par les ruches de l’extérieur.

En enlevant le toit, surprise, des centaines de coccinelles mortes pendent l’hiver

Coccinelles mortes 

Et pour finir, une famille de mulot avaient élue domicile au-dessus d’une ruche ! C’est la chaleur de la ruche qui les a attirés.

Traces de mulots 

Bon, la visite commence, à l’ouverture une agréable surprise elles sont bien populeuses.

Ruche 

Les cadres de nourritures sont encore abondants.

Cadre miel 

Même qu’avec ce mauvais temps et cette neige, le développement de la ruche c’est faite normalement, avec 4 à 5 cadres de couvains.

Cadre couvain 

Pour les ruches bien populeuses comme celle-ci, j’ai rajouté 2 à 3 cadres de cire gaufrés. Beaucoup d’apiculteurs diront que c’est trop tôt, je leur dit faite l’expérience, prenez deux ruches de même force, sur l’une vous appliquez l‘introduction des cadres très tôt et l’autre non, et on en reparlera dans 4 mois.

Bien sur il y a des règles à respecter.

  1. La ruche doit être populeuse
  2. Avoir de bonnes réserves de nourriture
  3. Du pollen en abondance.
  4. Ne pas casser le nid à couvain c'est-à-dire,
  5. placer les cires gaufrées à l’extérieur du couvain
  6. tout en veillant que la nourriture reste accessible aux abeilles, voir même d’intercaler un cadre de nourriture entre le couvain et la nouvelle cire.      

Ruche agrandie

C’est en procédant ainsi que j’arrive à renouveler 100% des cadres de la ruche, là encore tous apiculteurs et revues apicoles préconisent 30 à 50%. Je réponds, que pour la prophylaxie de la ruche il faut changer ces cires, qui avec les mois emmagasinent des couches de cocons des divers cycles de naissances des larves, des virus, mycoses, pollution extérieur ramené par les abeilles. Il ne faut pas oublier nous sommes au 21ème siècles, que la pollution atmosphérique n’est pas la même qu’il y a même 20ans, et qu’il faut adapter notre pratique de l’apiculture.

  Lors de la visite le temps s’est couvert menacent même de pleuvoir, en conséquence des centaines d’abeilles rentrent précipitamment du butinage, lourde de pollen et de nectar, elles tombent littéralement sur l’herbe, pour reprendre des forces avant de rentrer.

 Vol d'abeilles (1)

 

Vol d'abeilles

 

 

Vol d'abeilles (2)

Malheureusement il y a aussi des ruches malades, peu nombreuses mais il faut être très vigilant et appliquer un traitement radical qui est la suppression de la colonie.

Ici deux ruches côte à côte, l’une forte et normal, la voisine faible.

Ruche malade 

En regardant de plus près, des déjections sur les cadres, elle est atteinte de dysenterie.

Nosemose

Trop faible pour un traitement, et pour éviter une contagion aux ruches voisines, elle sera soufrée, action qui est appliqué avec tristesse et un pincement au cœur, mais il vaut mieux sacrifier une ruche que de perdre un rucher.

Ruche soufrée 

Il ne faut pas oublier de bien désinfecter les outils avec de l’eau javellisée

Eau javellisée 

Pour terminer je vous suggère de regarder une vingtaine de vidéo d’une durée variable entre 6 à 9 minutes, sur la mort annoncée des abeilles, et de la notre, à long terme, si ce n’est pas à court terme, ou déjà en cours.

Le titre des vidéos est ;  

Le Titanic Apicole: Terreur Pesticide 00, puis 01, 02 et ainsi de suite jusqu'à 19, il est important de suivre la numérotation pour suivre le reportage. Prenez-vous le temps de les visionner, ce n’est pas uniquement pour la survie de l’apiculture, mais aussi pour nos enfants.            

Repost 0
Published by abeille pat - dans travaux au rucher
commenter cet article
23 mars 2010 2 23 /03 /mars /2010 20:57

Etes-vous apte à trouver une mue de cerf en forêt ?

Elle est quelque part sur cette photo, à vous de trouver.

mue de cerf 


Trouvé ? Non ? Elle est exactement au centre.

mue de cerf M

En gros plan.

mue de cerf (2)

La voilà

mue de cerf (3)

Sous un autre angle 

bois de cerf

La nature se réveille peu à peu, les grenouilles commencent à procréer.

Œufs de grenouilles 


Œufs de grenouilles

Œufs de grenouilles 


Les champignons des arbres poussent.

champignons des arbres 


champignons des arbres

L’écureuil gambade.

écureuil 


écureuil

Et entre temps, avant la première visite de printemps, je prends la température de mes ruches en glissant la main sous la couverture, cela me permet de contrôler la force et l’espace occupé par les abeilles, plus la chaleur dégagée est importante plus la surface de couvain est importante.
ruche    

Repost 0
Published by abeille pat - dans nature
commenter cet article
21 mars 2010 7 21 /03 /mars /2010 18:22

Toujours pas de météo favorable pour une visite des ruches, qui cette année, suite à cet hiver long et froid la sortie d’hivernage s’annonce désastreuse.

En attendant j’en profite de me ressourcer en forêt.

Des chevreuils

chevreuils 


chevreuils (1)
Ma première découverte

mue de cerf 

Sous un autre angle, un 12 cors de 2Kg 80cm Ø 23cm

bois de cerf 

Avec les premiers rayons de soleil, les premières fleurs des bois font leurs apparitions, ici des scilles à 2 feuilles.

scilles à 2 feuilles (2) 

Une abeille courageuse, butinant cette belle première fleur.

scilles à 2 feuilles (1) 

Encore huit jours de patience avant la première visite des ruches, si dame soleil veuille bien réchauffer l’atmosphère d’ici là.

 

Repost 0
Published by abeille pat - dans nature
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de abeille pat
  • Le blog de abeille pat
  • : Apiculture. Tout sur la conduite d’un rucher et la vie des abeilles
  • Contact

Miel. Le rucher de L'Abeille Pat

Envie de miel, vous pouvez me contacter, je me ferai un plaisir de vous servir.

passion-apiculture

 

Archives

hobbies 

Pages

hobbies

http://geoloc11.whoaremyfriends.net/private/geoweather.php?compte=140157419026